jeudi 6 septembre 2007

Tests avec et sans soja

°° - Les tests de vérification que j'ai effectués pour voir si je pouvais m'assurer que le produit responsable de mon anosmie était bien le soja n'ont pas un caractère de tests scientifiques.

°° -
Je me suis contenté d'inverser le régime sans soja qui m'avait débarrassé de toute trace d'anosmie. J'ai repris une consommation de toutes sortes de produits alimentaires à base ou comprenant du soja, sous la forme farine, protéines texturées, lécithine dans le chocolat, lécithine de pharmacie, yaourts, glaces, chinoiseries, "bifteck" haché, pâtisserie, confiserie, snacks et bricoles apéritives, "lait de soja", tofu... relativement peu de produits fermentés. (terminologie soja)

°° -
C'était une consommation à peine anormale et sans excès du genre de ceux pratiqués par l'auteur (Morgan Spurlock) du film "Super Size Me" (((là))) avec sa consommation forcenée de produits de McDonald's.

°° -
Mais les conditions de ces tests auraient sûrement gagné à être précédées et suivies de tests médicaux et de vérifications de l'évolution de mon métabolisme. Par exemple j'aurais bien aimé pouvoir suivre l'évolution de mon taux de zinc. Morgan Spurlock à ce point de vue a bien fait les choses.

°° - La simplicité de ces tests les rends cependant reproductibles par n'importe quel individu. Et de toute façon, le premier test, celui qui cherchait à vérifier que cesser de consommer du soja ferait cesser mon anosmie, il est tout à fait inoffensif (quoique) et à la portée de chacun. Sauf que pour être réalisé, il faut apprendre à reconnaître les produits de la consommation qui contiennent du soja et ceci est loin d'être facile. Il faut avoir de bons yeux et une loupe pour lire les textes des étiquettes (Côte d'Or par exemple, même avec des lunettes il est très difficile de lire petits caractères extrêmement compacts et écrasés en largeur, en doré sur rouge avec un reflet rendant le contraste du fond sur la forme des lettres, fluctuant du positif au négatif et sans oublier que la série des différentes langues compliquent encore le déchiffrage (une escroquerie!) (ajouter un lien vers une image) Faites moi confiance Côte d'Or fait du chocolat à la lécithine de soja exclusivement (comme Lindt qui s'en vante en expliquant que c'est le choix évident puis qu'elle est la moins chère du marché de la lécithine.)

°° - Donc :

°° - Juillet 2003 premier test :

°°
- Cesser toute consommation de soja après deux ans d'anosmie complète (perte complète d'odorat). Retour des premières sensations indubitables au bout de six jours; avant cela quelques impressions fugitives, peut être des illusions. Je n'avais jamais oublié les odeurs des choses et pouvais très bien les imaginer et les comparer intellectuellement sans être en contact avec elles. Mais là où j'aurais dû les sentir, rien de senti. Après ce test, cette cure, J'ai intensément joui du plaisir de ce retour et du travail de recherche d'une nouvelle alimentation "sans soja". C'était une exploration très excitante. Et ma recherche sur le soja a aussi été très exaltante (l'invention de ma grotte). Retour de l'odorat complet et sans aucune dysosmie seulement au bout de 15 jours.

°° - Janvier 2004 premier test inverse :

°° - Avec un peu d'inquiétude: Et si je m'étais trompé? Non je ne me suis pas trompé: Confirmation en une semaine: accès de dysosmie variable : parosmie, phantosmie, le lot complet sauf la cacosmie que je n'ai jamais connue ou sous une forme légère.

°° - Et retour de l'anosmie complète en moins de quinze jours.

°° - Année 2004 quatre autres tests de désintoxication puis de ré intoxication au soja.

°° - Fin 2004 début 2005 un nouvel essai d'intoxication avec du soja mais seulement sous la forme de lécithine: chocolat, lécithine pharmaceutique, biscuits et tout ce que je pouvais trouver étiqueté contenant de la lécithine de soja. Effet presque aussi rapide, un peu plus de 10 jours pour l'intoxication.

°° - Mais cette fois-ci, pas d'anosmie complète, seulement des moments d'hyposmie et surtout de parosmie et de phantosmie.

°° - À chacune de ces ré intoxications j'ai ressenti une extrême fatigue me tomber dessus sans être sûr qu'il s'agisse d'un effet direct de cette consommation ou d'un effet de la peur mélangée d'avoir un accès allergique ou de ne plus pouvoir revenir à la normale. Très peur. Une fatigue peut être provoquée par la fermentation intense au cours de la digestion, la quasi météorisation. Peut être l'angoisse de m'être trompé et de devoir abandonner cette notion exaltante d'avoir trouvé ce que tant de gens cherchent en vain.

°° - Plus aucun test en 2005 depuis ce dernier et un retour à une olfaction normale. Et plus de test en 2006.

°° - Enfin en Février 2007 dernier test donc jusqu'à la fin Juin, un an après, avec la décision qu'il n'y en aurait plus d'autre, que si je ne voulais pas y croire ce serait inutile.

°°
- Cette fois-ci la dysosmie et l'hyposmie sont arrivées aussi vite: moins d'une semaine. Mais l'anosmie totale n'est plus jamais redevenue quotidienne: tous les trois jours j'avais quelques sensations olfactives "normales" quoique faibles. Aussi j'ai poussé le test, en remettant la fin de semaine en semaine jusqu'à avoir une anosmie totale ce qui n'est jamais arrivé cette fois là. La différence par rapport aux fois précédentes était que j'avais eu un lapse de temps sans mon toxique pendant un an avant l'intoxication. J'avais moins peur et la seule angoisse qui me restait était celle de m'être trompé et d'avoir investi beaucoup de temps et d'énergie à ce travail pour rien.

°° - D'une manière générale dans le processus de perte d'odorat à chaque session et de retour à la normale j'ai remarqué que la première odeur que je perdais avant toutes les autres c'était ma propre odeur. Je pourrais même préciser que d'abord, mes odeurs corporelles se sont chaque fois mises à sentir cette odeur pas très définissable (mais pas définissable du côté des bonnes odeurs), une odeur un peu chimique organique mais plutôt neutre (mais qui ferait faire la grimace à beaucoup de gens). Mais je me méfie au plus haut point de toutes tentative de décrire des odeurs. Il y a des spécialistes pour cela comme pour gloser sur les qualités des vins ou les parfums (((Turin))) je les considère surtout comme des charlatans des amateurs de jargon à l'instar des commentateurs de mode: des parasites du marché des biens de consommation (((le velouté d'un bleu est une notion aussi stupide que celui d'un vin ou celui d'un parfum; mais bon! l'agronomie veut nous faire croire à tant de balivernes)))


mercredi 5 septembre 2007

mardi 28 août 2007

Anosmie : le toxique est le soja

°°° J'ai rédigé cela Samedi 25 Août 2007 dans le forun d'olfac du site de Kysic consacré à l'anosmie :


°°° J'ai retrouvé mon odorat après l'avoir perdu pendant deux ans totalement et pendant les 30 années précédentes j'ai fait toutes sortes d'expériences de "délires" olfactifs involontaires. Plutôt du domaine de la bizarrerie que du vraiment désagréable ou presécutoire. D'abord je n'ai pas trop de détestations dans mes goûts et je sais très bien me boucher le nez sans mettre de boules quies (comment ça s'appelle pour le nez???). Mais c'est vrai que c'est très pénible d'être dans le sillage d'un(e) piéton(ne) et de devoir changer de trottoir ou se condamner à se boucher le nez. Le pire ce sont les gens sortant d'une boutique de parfumeur.

°°° Mais bon, vous n'en êtes pas là. Peut être ne le serez vous plus jamais. Mais il y a quand même des chances de récupération du sens de l'odorat. Même pour les traumatismes crâniens comme celui de ramayana, il y a un retour possible avec une progression le plus souvent lente. Sur les forums en Anglais il y a plusieurs personnes qui en témoignent. Le problème est que le nombre d'accidents est très limité et les ORL n'y connaissent rien et les neurologues guère plus. Et quand les personnes qui on fait une chute et pensent avoir perdu l'odorat de l'effet de cette chute, commencent à le retrouver, il y a longtemps qu'elles ont perdu confiance dans leur ORL ou leur neurologue qui, s'ils ne leur ont pas dit qu'il n'y avait aucune chance de retour après tant ou tant de mois ou pire, nié tout simplement qu'une telle maladie existe, elles n'ont pas du tout envie de retourner les voir pour leur parler de leur progrès. Aussi ne rencontre-t-on dans les listes de discussion que ceux qui cherchent vraiment à comprendre ou à survivre avec leur détresse et à espérer du plus petit progrès, de la moindre piste et en attendant viennent pour un réconfort.

°°° Et je peux témoigner qu'il y a bien plus de chances quand on est devenu anosmique depuis un certain temps. Un mois ça ne veut rien dire, ça ne compte pas : mille raison que ça revienne et ça revient mille fois plus qu'on ne le dit. Plus qu'un mois ça devient inquiétant et c'est déjà angoissant depuis longtemps. Consulter bien sûr. Mais bien plutôt chercher des endroits comme ce forum. L'efficacité de la médecine dans notre domaine confine au résultat nul. Je serais d'ailleurs bien curieux de rencontrer une statistique du nombre d'examens, genre IRM ou scanner, faits pour éviter tout risque de passer à côté d'une tumeur ou autre saleté. Combien d'anosmie a trouvé une explication d'un examen de ce genre? On ne doit être loin du 0,001% des anosmies. Je n'ai pas dit qu'on ne doit pas penser à ce genre d'examen. Mais il y aurait beaucoup d'autre choses à faire avant. Et être plus prudent quand on conseille un peu vite un antidépresseur ou un tranquillisant ou pire un anti épileptique comme seul remède à son patient. Des dizaines de dizaines d'exemples!

°°° Et pour les chercheurs il faudrait qu'ils se décident à ne pas essayer de singer ces "Super Docteurs" avec leur "Cures Miracles" qu'on voit il est vrai plutôt aux États-Unis ou dans des cliniques touristiques qu'en France où ce sont les XYZopathes qui font leur beurre de notre misère.

°°° Ceux qui s'y intéressent ou sont dans le cirage complet ou ont une idée mais ils n'osent pas, ou plutôt s'ils en ont une en ce moment ou depuis quelques temps, ils cherchent comment en tirer un avantage personnel. Si vous allez sur les sites des olfacticiens (pas sur que le mot existe mais la chose oui) vous verrez à quel point ils ont besoin de leur vedettariat. Je veux dire que s'ils sont proche d'une idée sur une anosmie, puisqu'il y en a plusieurs, et qu'ils ne le disent pas. C'est qu'il y a une course avec des enjeux extraordinaires pour leur carrière.

°°° J'ai trouvé la raison de mon anosmie. Et je m'en suis débarrassé. La votre n'est peut être pas de la même nature. Mais le fait que j'ai trouvé que c'était un toxique banal, qui n'est non seulement pas reconnu comme toxique mais comme un aliment miracle et plein de vertus curatives, ce fait ME font penser qu'il y a certainement dans notre alimentation et notre environnement d'autres toxiques de même nature et d'autres nature auxquels on n'a pas encore pensé ou qu'on n'ose pas suspecter ou qu'on veut continuer à exploiter tant que les populations ne portent pas plainte. (Amiante! Amiante! Amiante! Combien de dizaines d'années d'intoxication?).

°°° Je veux dire que si j'ai trouvé, cela fait maintenant deux ans, le toxique de mon anosmie, pourquoi ne trouveriez vous pas le votre. Et même si votre cas est d'un traumatisme crâniens, il est bien possible que mon toxique vous empêche de retrouver votre odorat. Je ne sais pas comment mon toxique agit ni si c'est un phénomène neurologique ou endocrinologique. Il y a des chances que ce soit les deux étant donné la nature de ce toxique béni par l'Académie, par le système de santé mondial (FDA) devant qui tous s'inclinent comme devant le fameux empereur, par l'INRA, par l'agriculture même l'agriculture anti OGM, même par le lobby bio et le lobby végétarien. Plébiscité par toutes les télés. Il y a de forte chances que cet aliment joue un rôle dans la régénérescence des cellules olfactives.

°°° Dans mes pérégrinations dans le domaine de l'anosmie je suis tombé un jour sur un brevet déposé par des scientifiques pour la fabrication de désodorisant et qui précise qu'un des moyens mis en ?uvre consiste à provoquer une certaine anosmie chez les personnes concernées. Des personnes à protéger des mauvaises odeurs ambiantes. Des personnes parfaitement indemne de toute anosmie.

°°° J'ai retrouvé cette idée dans un forum Américain pour les personnes avec des problèmes de BO Body Odor. Je ne sais pas comment on dit en Français, des personnes qui ont ou pensent avoir une odeur corporelle insupportable. Il s'y échange des trucs et conseils. Une jeune femme proposait à un des modérateur du groupe qui avait une teinture de scientificité voir plus... elle lui soumettait l'idée de mettre dans son eau de toilette un produit réputé provoquer l'anosmie pour qu'elle n'ait plus de problème dans sa recherche de petits amis. Le modérateur a bien joué son rôle et gentiment.

°°° Et d'ailleurs les parfumeurs qui sont aussi les fabricants d'arômes travaillent exactement à ça. Ce sont sans doute ceux qui ont les plus nombreuses clef de l'anosmie. Moi j'en ai une. Personne ne va vouloir gober ça. (Amiante! Amiante! Amiante!). Si ça vous chante.

°°° http://soy.anosmia.soja.free.fr/ puis http://soy.anosmia.eu septembre 2008

°°° Olivier Lichtenberger